Le serment d’Hippocrate

Le serment d’Hippocrate est une tradition toujours actuelle pendant laquelle l’étudiant en médecine va jurer lors de sa soutenance de thèse, de respecter tout au long de sa future profession les valeurs morales qui y sont propres. Ce serment, du prodigieux médecin grec Hippocrate, a posé les bases de la déontologie médicale et de son éthique.

Médecin, une profession de coeur

Rigoureux scientifique, le médecin est d’abord un humaniste de forte sensibilité. Sa vocation est d’améliorer la vie de son patient, de guérir, voire parfois de le sauver. Dans ces perspectives, les études de médecine inspirent un nombre toujours croissant de prétendants qui sont prêts à défier bravement l’insensé numerus clausus.

Toutefois ce serment est avant tout symbolique (c’est aussi ce qui lui est reproché), mais il est indéniable qu’il participe de l’image d’honneur du médecin qui est une des professions les plus considérées dans la société.

Qui était Hippocrate ?

Hippocrate de Cos (son île natale dans la Grèce Antique) est considéré comme le “père de la médecine”. Selon les historiens il serait né en 460 av. J.C dans une famille d’Asclépiades. Affirmant descendre du Dieu guérisseur Asclépios, ces familles exerçaient la médecine de génération en génération.

Ayant connu la gloire de son vivant, Hippocrate faisait preuve d’un étonnant pragmatisme sur la cause des maladies fondée sur l’observation de signes cliniques à contresens du mysticisme régnant. Il n’échappe cependant pas à certaines conceptions de son temps notamment à la théorie des humeurs qui allait imprégner faussement pendant plusieurs siècles l’esprit des hommes même les plus éclairés. Il meurt dans les environs de -356 av. J.C.

Serment d’Hippocrate ou serment médical ?

On retrouve la version entière du serment dans ce qui est désigné le Corpus hippocratique. Il est en réalité difficile d’affirmer que celui-ci soit l’oeuvre direct d’Hippocrate mais le nom est resté. On raconte qu’il devait être récité par les nouveaux entrants de l’école de médecine de Cos. Cependant le texte du serment a évolué de sa version original pour mieux s’accorder aux moeurs modernes. Il en existe d’ailleurs aujourd’hui plusieurs versions.

Le saviez-vous ? : Dans la mythologie grecque, le Dieu Asclépios (connu sous le nom d’Esculape dans la Rome antique) avait comme attribut un long bâton dans lequel s’enroule un serpent et qui pouvait guérir toutes les blessures. Appelé le bâton d’Asclépios, ​il est aujourd’hui devenu un symbole médical très important. ​Attention cependant à ne pas le confondre avec le caducée d’Hermès ou la coupe d’Hygie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu