Le métier du chirurgien-dentiste au quotidien

Non, le dentiste n’est pas (seulement) un arracheur de dents ! L’odontologie est une discipline pointue qui exige des connaissances médicales solides, une parfaite maîtrise de ses gestes et de l’empathie envers les patients.

Des études pour les plus déterminés

Études dans le public

Afin d’accéder à sa formation, le futur chirurgien-dentiste doit réussir le concours de la première année de PACES. Il subit ensuite 2 ans de formation générale (DFGSO), 2 ans de formation approfondie (DFASO) et 1 année de thèse, voire 3 en cas de spécialisation.

Études  dans le privé

À Europe Eduss, le premier centre libre d’enseignement médical proposant des programmes en odontologie, les étudiants accèdent à une formation de médecine dentaire sur dossier et commencent à étudier cette spécialisation dès leur première année d’études.

Ils obtiennent ensuite un diplôme d’Etat leur permettant d’exercer en France au même titre qu’avec  le diplôme obtenu dans un établissement public.

Des compétences requises dans plusieurs domaines

Le chirurgien-dentiste doit maîtriser l’anatomie de toute la bouche, car il s’occupe non seulement des dents, mais aussi des gencives et des mâchoires. Son rôle est aussi de donner des conseils de prévention en matière d’hygiène bucco-dentaire.

En tant que chirurgien, un certain sang-froid lui est demandé : il doit opérer les petits endroits de la bouche d’une main sûre, manipuler des produits anesthésiants et faire face à des urgences. Des connaissances techniques sont également exigées pour maîtriser des outils sophistiqués tels que l’imagerie numérique ou les ultrasons.

Enfin, le métier de dentiste nécessite une relation de confiance avec le médecin qui dispose de connaissances en psychologie. C’est en prenant en compte l’environnement dans lequel le patient évolue que le praticien instaure les conditions optimales à sa guérison. Sans oublier la fameuse peur présente chez les enfants et… les adultes que le dentiste doit savoir prendre en compte et maîtriser au mieux.

Un métier à l’abri du chômage

Le nombre de dentistes diminue, tandis que la clientèle augmente. En 2015, d’après l’INSEE, on en compte en moyenne 63 pour 100 000 habitants. Pourtant, le métier de dentiste est bien rémunéré, puisque son salaire s’élève jusqu’à 6000€ en profession libérale (moins de 10% exerçant comme salariés).

1 Commentaire. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu