La pierre angulaire des performances sportives !

Rouage essentiel de l’hygiène de vie du sportif, l’alimentation conditionne, en partie, ses performances physiques. Pour réussir à haut niveau, le sportif a besoin d’avoir une masse musculaire suffisamment développée et une endurance certaine.

Les bienfaits de la consommation de protéines pour le sportif sont indéniables : développement de la masse musculaire, meilleure adaptation à l’effort et amélioration de la mobilisation des potentiels énergétiques. Les aliments riches en protéines sont notamment les poissons (saumon, thon), les viandes (poulet), les œufs et différents produits laitiers.

Les glucides ont toujours été associés aux protéines pour définir le régime idéal d’un sportif. Néanmoins, ces derniers, censés donner un coup de fouet et améliorer les performances physiques, seraient à l’origine de nombreux maux. En effet, les glucides peuvent provoquer des risques liés au prédiabète, une production accrue de produits de glycation (responsable du vieillissement des cellules), une augmentation des inflammations dans le corps et enfin, ils n’amélioreraient pas la performance sportive !

Ainsi, de nombreuses études montrent que les produits contenant beaucoup de glucides et/ou beaucoup de sucre nuisent à la santé et donc à la performance. En effet, les sucres lents tels que la farine, les pâtes, les céréales ou le pain même au blé complet doivent être réduits drastiquement de nos habitudes alimentaires, que l’on soit sportif ou non.

Par ailleurs, concernant le sucre à proprement parler, une célèbre expérience menée sur des rats ayant régulièrement consommé du sucre et de la cocaïne a montré que ces derniers se dirigeaient quasi systématiquement vers le sucre. Les méfaits de la consommation de sucre sur l’organisme viennent donc s’ajouter à son caractère très addictif. Rappelons qu’une consommation importante et régulière de sucre favorise l’obésité, le diabète, l’apparition de maladies cardiovasculaires et de cancers.

D’autres aliments peuvent être, à contrario, consommés « à volonté ». C’est le cas de l’huile d’olive (vierge extra), des protéines animales lorsqu’elles sont de qualités (bœuf, porc, volaille, saumon sauvage, sardine, mollusques…), des noix et des amandes (précieuses pour protéger notre santé cardiovasculaire et lutter contre le mauvais cholestérol), les légumes (salades, choux, oignons, champignons, ail…) qui contiennent des antioxydants grâce au sélénium, ils agissent également contre les bactéries et jouent un rôle préventif dans l’apparition de certains cancers. Ils sont aussi un excellent fluidifiant du sang. Le chocolat noir (avec 80% de cacao minimum) est également excellent. Il contient de la théobromine et du magnésium qui stimulent et régulent le système nerveux. De cette manière, ils augmentent les effets des neurotransmetteurs tels que la sérotonine, connue pour son rôle sur le stress, l’anxiété et la dépression.

Enfin, des aliments comme le riz, les lentilles, les produits laitiers et les pommes de terre peuvent être introduits avec parcimonie dans nos régimes alimentaires.

Ainsi, que l’on soit sportif ou non, le régime alimentaire à suivre n’est pas très différent. Les fibres, les omega-3 (très présents dans le poisson), les protéines et les vitamines sont les principaux nutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps. Un sportif devra certes consommer plus de protéines animales (viandes, poissons ou œufs) qu’un individu lambda pour développer sa force musculaire mais devra varier, comme tout le monde, sa consommation alimentaire avec des légumes, du chocolat noir ou encore des amandes par exemple.

Occasionnellement, un repas riche en glucides et pauvre en matières grasses peut s’avérer utile après un effort intense pour contribuer à l’amélioration des performances physiques. En effet, dans ces conditions les muscles absorbent plus facilement le glucose en n’augmentant que très peu le taux d’insuline dans le corps (facteur responsable du diabète). Ces glucides sont moins susceptibles d’être stockés sous forme de graisses. Quelques écarts sont donc possibles !

Accompagnée d’entraînements physiques réguliers et d’un sommeil de bonne qualité, l’alimentation est un facteur crucial de bonne santé ; elle a une influence souvent sous-estimée sur le bon fonctionnement de notre corps, de notre appareil digestif et de notre cerveau en particulier. L’homme doit en prendre conscience et adapter son régime alimentaire pour vivre mieux.

Rédacteur : Arthur Donnadieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu