Devenir chirurgien-dentiste : les études au quotidien

Europe Eduss vous propose cet article conçu avec les témoignages de divers étudiants, en médecine, médecine dentaire, ou réorientation.

Découvrez les formations en médecine dentaire
proposées par Europe Eduss :

Apprentissage et stages d’observation ( 1er cycle)

Réussir la première année d’odontologie, c’est à dire être suffisamment bien classé pour être autorisé à entrer en deuxième année après la PACES est un parcours laborieux. Avec moins de 30% d’admis en médecine dentaire, les déceptions sont malheureusement très nombreuses. Durant cette première année de médecine générale, la chimie, biologie, physique, et les biostatistiques sont aux programmes du premier semestre. Au deuxième semestre sont généralement enseignés l’anatomie, l’initiation à la pharmacie, la psychologie, l’histoire de la médecine, la sociologie et une UE spécialisée au choix. Pour Mathieu, étudiant en première année de Paces : “Ce qui me donne le plus de mal c’est la manière de nous enseigner la chimie organique et la biochimie dans à l’UE 1. Les matières sont bien sûr passionnantes mais ici à la fac c’est du pur bachotage !”

Pour Camille, qui vient de s”inscrire directement dans une école de dentiste à Chaves (Nord du Portugal) : “J’ai décidé de faire mes études de médecine dentaire à l’étranger pour étudier dans des meilleurs conditions mais aussi car ça vous fait mûrir énormément. En plus dans mon école les autres étudiants et mes professeurs sont français.”

Passé le cap des deux années très théoriques, place à la période des stages. Ceux-ci représentent d’ailleurs plus de la moitié du cursus ! Selon Romain, en 5ème année d’études dentaire à l’université Paris Descartes :“Les cours pratiques sur des phantoms commencent généralement dès la deuxième année. C’est une période importante pour enfin mettre en application nos enseignements.

 

C’est lors de la 3ème année que les études de médecine dentaire se spécialisent véritablement, avec des enseignements sur la physiologie de la cavité buccale ou encore sur les pathologies dentaires, les diagnostics, les mesures d’hygiène spécifiques etc,. et que la pratique devient importante. Les enseignement pratiques sont réalisés dans des salles équipées de mannequins (appelés aussi “phantoms”) avec lesquels les futurs dentistes s’initient au maniement des instruments, aux premiers soins, à la pose des prothèses, à la dévitalisation d’une dent etc,. L’étudiant alterne de plus en plus fréquemment entre cours magistraux, TD et stages.

Pour Anna, inscrite dans une université portugaise mais qui effectue ses stages en France : “Les stages ne sont vraiment pas durs à trouver. Il faut dire que la demande est forte”.

De même pour Antoine, étudiant à Nice : “N’oubliez pas que dans une profession médicale, plus qu’ailleurs il est attendu du candidat qu’il soit sérieux, calme et surtout réfléchi au risque de causer bien des soucis au maître de stage praticien !

Découvrez les formations en médecine dentaire
proposées par Europe Eduss :

Les stages cliniques (2ème cycle)

Les années dites “cliniques” commencent à partir de la 4ème année. Les étudiants dentaires sont alors externes des hôpitaux-universitaires (CHU). Ils sont toujours rigoureusement encadrés par des enseignants mais peuvent procéder à de nombreux soins de médecine dentaire en autonomie contrôlée tandis qu’ils continuent les enseignements à la faculté. Les stages se déroulent dans plusieurs services hospitaliers. À l’issus de sa 5ème année l’étudiant doit être capable de s’occuper en toute autonomie de cas cliniques compliqués.

À partir de la 5ème année, on peut dire que le quotidien du futur chirurgien-dentiste n’est guère différent du quotidien du dentiste installé” (Adrien, jeune dentiste diplômé de la faculté de Marseille). De même pour Baptiste, étudiant lui aussi à Marseille: “Vous êtes mis en conditions réelles et effectuez les mêmes soins que vos maîtres de stage. Finalement c’est comme si vous étiez déjà dentiste sauf que les professionnels seront là pour vous aider si vous commettez des erreurs. Chose un peu plus complexe quand vous êtes officiellement diplômé et installé !.”

Pour Nora, jeune diplômée de la faculté de Nice : “Certains de mes patients rencontrés dans les services hospitaliers viennent aujourd’hui me consulter dans mon cabinet. Ça me rend très fier car c’est une preuve de confiance”.

L’internat (3ème cycle)

Ils vont effectuer ce que l’on appelle le stage actif à l’initiation professionnelle et qui est d’une durée minimale de 250 heures. En plus de perfectionner leurs compétences ils vont aussi aborder le fonctionnement et  la gestion d’un cabinet dentaire libéral, sa comptabilité, les obligations et devoirs etc. À la fin l’étudiant doit rédiger son rapport de stage.

D’autres choisissent le cycle long (d’une durée de 3 à 4 ans), c’est à dire la spécialisation et donc continuent leurs études. C’est l’internat. Pour y accéder il est nécessaire de passer un examen classant : le concours  national de l’internat. Les spécialités sont l’orthodontie, la chirurgie orale ou la médecine bucco-dentaire.

Plusieurs raisons peuvent pousser au choix de la spécialisation. Ainsi pour Oriane, qui a obtenu son  master de médecine dentaire à l’université Fernando Pessoa à Porto (Portugal) : “Une fois mon diplôme obtenu j’ai commencé directement à exercer mon activité de dentiste dans le même hôpital où j’avais effectué mes stages de 5ème année, c’est à dire à Lille. Mais mon ancien maître de stage m’a convaincu de passer le concours. Aujourd’hui je suis interne à Lille avec deux de mes anciens copains de classe.

Pour Luc, dentiste libéral installé à Aix-en-provence :”J’ai choisi de me spécialiser en orthodontie pour pouvoir travailler principalement avec les enfants et les adolescents”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu