Evolution des déserts médicaux en France

Au début du mois de Juin dernier, le célèbre journal « le Figaro » publiait une nouvelle infographie démontrant l’évolution des déserts médicaux en France. Un constat accablant attestant une fois encore de la pénurie de médecins généralistes qui s’accentue de plus en plus depuis 2007.

Qu’est-ce qu’un désert médical?

On qualifie communément de « désert médical » une ville, une région ou tout autre territoire dans lequel l’offre médicale ne suffit pas à répondre aux besoins de la population. Pour les patients, le manque de médecins et d’autres professionnels de la santé (spécialistes et auxiliaires) se traduit par des délais d’attente très longs pour accéder aux soins nécessaires. Cette attente mène parfois même à un abandon total, pouvant  entraîner des complications médicales.  Un territoire est considéré comme un désert médical quand la densité de médecins par rapport au nombre d’habitants est de 30% inférieur à la moyenne nationale. La principale cause de l’existence de ces déserts médicaux est la mauvaise répartition des praticiens sur le territoire français, comme le met en évidence l’infographie que vous pourrez voir ci-dessous.

Evolution des déserts médicaux en France

Comme l’a révélé le constat du Conseil national de l’ordre des médecins en début du mois de juin 2016, la pénurie des professionnels de la santé augmente, notamment celles des médecins généralistes qui se fait de plus en plus inquiétante : depuis 2007, ils ont diminués de 8,4%. L’infographie du journal en ligne « Figaro.fr » fait état des départements les plus touchés :

deserts medicaux

Les départements les plus touchés selon cette infographie sont la Nièvre et Paris.

Quelles solutions pour lutter contre les déserts médicaux ?

Si la principale cause de l’accroissement de ces déserts médicaux est la mauvaise répartition des professionnels de la santé en France, il convient alors d’attirer ces praticiens dans les régions les plus touchées.  Lutter contre le numerus clausus et donc la restriction du nombre de futurs médecins s’avère également être un facteur de taille à prendre en considération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu